Cette femme refuse de se raser la moustache et les sourcils pour chaque rendez-vous : elle se voit couverte d’insultes

STORIE POSIITIVE

Imaginez que vous êtes dévisagé dans la rue par des regards indiscrets et que vous êtes insulté en raison de votre apparence physique. Eldina Jaganjac, une jeune femme de Copenhague, a décidé que le temps était venu de cesser de se plier à une société patriarcale qui continue, toujours, à opprimer socialement les femmes avec des obligations superficielles et payantes comme celles liées à l’épilation.

La Danoise de trente et un ans a en effet choisi de dire adieu à la pince à épiler et au rasoir, en un look beaucoup plus naturel. Le résultat ? Sur les réseaux sociaux, on l’insulte et dans la rue, on n’arrête pas de la montrer du doigt ou de la traiter de “mono-sourcil”. Pourquoi les femmes sont-elles obligées de dépenser beaucoup plus d’argent et de temps que les hommes pour soigner leur image ? Afin de se conformer à certaines normes imposées par la société, une femme doit toujours aller chez l’esthéticienne, se faire les sourcils, enlever la moustache et surveiller les différentes repousses.

Sans parler de la coiffure, des vêtements et du maquillage — d’autres catégories où une femme doit presque exceller si elle veut être synonyme de beauté et être socialement acceptée. Mais est-ce bien si nécessaire ?

Eldina Jaganjac a interrompu de se raser en mars 2020 et, depuis lors, a reçu toutes sortes de réactions concernant son apparence. Ce sont surtout les adolescents – et donc la jeune génération – qui l’insultent sur les réseaux sociaux ; la majorité des adultes sont simplement intrigués par ses sourcils épais ou ses poils de jambes. Ce qui est certain, c’est que le jeune Danois refuse de se conformer aux obligations sociales imposées par la société et préfère agir automatiquement envers les autres.

De cette façon, elle peut également mieux comprendre qui, parmi ses amis, ses connaissances ou ses prétendants potentiels, s’intéresse vraiment à elle en tant que personne. Cela ne la dérange pas d’être appelée «femme moustachue» ou «mono-sourcil» car elle économise désormais beaucoup d’argent, et le temps qu’elle se passe à se raser et à se soucier de son apparence «parfaite», elle le consacre désormais à l’amélioration de ses compétences professionnelles. Même si l’égalité des sexes existe, les hommes et les femmes ne profitent pas des mêmes opportunités et la société continue à faire des distinctions, traitant les deux différemment.

Le changement d’Eldina a commencé par ces considérations : « Si un homme ne se rase pas et ne s’épile pas les sourcils, personne ne le remarque et personne ne songerait jamais à commenter une telle chose. Moi, par contre, comme beaucoup d’autres femmes, je ne me sentais pas à l’aise de sortir si mes sourcils n’étaient pas petits et parfaits ; je n’allais pas à la gym si mes jambes n’étaient pas bien rasées ». Voilà le problème : être tellement emballé par la présence de poils corporels que l’on limite ses activités.

Beaucoup de femmes, par exemple, ne vont pas à la plage si elles n’ont pas réussi à se faire épiler à temps, ratant ainsi une belle occasion de s’amuser et de se relaxer.

Cela vaut-il vraiment la peine ? S’accepter tel que l’on pourrait être la véritable clé du bonheur. Il faut que ce soit une acceptation totale, qui souligne à quel point la diversité est importante et parfaitement naturelle. Eldina est heureuse aujourd’hui et se sent enfin libérée de toutes les contraintes auxquelles elle était soumise précédemment. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Rate article